90 ans ! Cela fait 90 ans qu'Hergé a publié la première planche de Tintin. Et pourtant, ce héros de papier n'a pas pris une ride !

90 ans

Tintin commence à être publié en 1929 dans les pages du Petit Vingtième. Le 10 janvier plus précisément, raison pour laquelle, nous pouvons le dire : Joyeux anniversaire Tintin ! Le personnage est d’ailleurs reporter pour la publication. Cette profession lui permet de voyager et Tintin ne s’en prive pas. Il circulera sur tous les continents et affrontera tous les climats ! Tintin ira même sur la lune ou dans un pays imaginaire tel que la Syldavie !

Si dans les pages du Petit Vingtième, Tintin commence par se rendre au pays des Soviets, lorsque l’album sort en 1930, les 10 000 exemplaires sont vendus en un temps record. Ils font aujourd’hui partie des fantasmes des Tintinophiles tant leur valeur est importante ! Surtout que les 500 premiers ont été numérotés et signés par Tintin (Hergé) et Milou (sa compagne) ! L’album ressortira bien après pour des raisons techniques, en 1973, permettant aux fans de se le procurer.

Les premiers albums…

Tintin au Congo est publié en 1931. Actuellement, complètement décrié par certaines images qu’il véhicule (il est très colonialiste et fait l’apologie de la chasse aux animaux sauvages, entre autres !), il faut le remettre dans le contexte de l’époque. C’est d’ailleurs peut-être pour cela qu’il est décrié : l’album n’a pas mal vieilli et semble donc relativement actuel alors que certains concepts doivent être rattachés aux années ‘30.

Puis, les albums s’enchaînent jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le public adore ce reporter. Il a aussi beaucoup d’affection pour les personnages qui l’entourent. Si Tintin peut paraître un peu lisse et trop parfait, Milou ou le capitaine Haddock (apparu depuis le Crabe aux Pinces d’Or) s’avèrent plus folkloriques pour le grand plaisir des lecteurs.

Tintin présente une vision de l’actualité de l’époque. Nous avons parlé des clichés de Tintin au Congo. Ceux-ci sont comparables à la vision européanisée du Chicago d’Al Capone ou des cruels japonais du Lotus Bleu !

Dans les années 1950, Hergé anticipe carrément les premiers pas de l’homme sur la lune !

Tintin effectuera encore de nombreux voyages rencontrant de nombreux personnages tels que Chang, le professeur Tournesol ou Abdallah… Et résolvant de nombreuses enquêtes !

A quoi devons-nous nous attendre à l’occasion de ses 90 ans ?

Produits dérivés

Au niveau produits dérivés. Je ne vous apprendrai rien en vous disant qu’il existe tellement de produits dérivés autour de Tintin qu’il a son propre terme de collectionneur : la tintinophilie. Eh bien, à l’occasion de ses 90 ans, les tintinophiles auront le plaisir de pouvoir s’offrir deux nouvelles pièces de monnaies de 5 euros frappées par la monnaie de Bruxelles.

Il y aura aussi une jolie montre et une collection de voitures mythique au format 1/24ème à des prix tout à fait raisonnables.

Expositions

Mais ce sera surtout l’occasion pour les vrais tintinophiles de voyager à travers l’Europe pour découvrir différentes expositions autour de Tintin. Il y a évidemment le musée Hergé à Louvain-La-Neuve, à quelques kilomètres de Bruxelles.

En France, si vous ne l’avez pas encore vue, l’exposition de Cheverny intitulée « les Secrets de Moulinsart » vous permettra de faire le lien entre le château et le domicile du capitaine Haddock ! Cette exposition permanente sera améliorée en 2019.

Toujours en France, découvrez l’exposition « Hergé, une vie, une œuvre » du 30 mars au 30 novembre 2019. Un bon prétexte pour un petit week-end en Moselle avec un détour obligé par le château de Malbrouck !

En Espagne ensuite, Tintin s’expose à Barcelone jusqu’en mai puis se déplace à Séville. Cette exposition célèbre surtout l’anniversaire de 50 ans du premier pas sur la lune qui coïncide avec les 90 ans de notre héros préféré.

Et si vous êtes prêt au très longues distances, Séoul et Shanghai vous permettront également d’approfondir le sujet par le biais d’expositions.

Ajoutez à cela différents spectacles et reportages et qui sait en 2020 une suite au film de Spielberg, bref, on n’a pas fini d’entendre parler de Tintin cette année.

Publications

De plus, Moulinsart propose de découvrir une nouvelle édition numérique des aventures de Tintin au Congo remise en couleur.

Et puis, il y a aussi un intéressant projet de nouveau magazine prévu pour début juin qui porterait le nom de « Tintin, c’est l’aventure ». Il s’agirait d’un trimestriel de 150 pages dédié à notre héros dans le cadre d’une thématique. La première comme on s’en doute, c’est l’espace.

Ce magazine contiendra en plus un court récit en BD réalisé dans l’esprit d’Hergé mais sans utiliser ses personnages. Pour le premier trimestriel, Daniel Couvreur qui en est le rédacteur en chef et Moulinsart ont choisi Bernard Yslaire, le célèbre auteur de Bidouille et Violette, du Ciel au dessus de Bruxelles et de Sambre pour relever ce défi de taille !

Hergé, l’auteur de Tintin

Les débuts

Hergé, de son vrai nom Georges Rémi, est né à Bruxelles le 22 mai 1907. Il y fait ses études et apprécie le dessin dès son plus jeune âge. En 1918, il entre chez les scouts. Cela lui inspirera son premier personnage Totor, le C.P. des Hannetons.

Les premières publications d’Hergé sont confidentielles dans les revues « Jamais assez » puis « Le Boy-scout ». Grâce à un contact du scoutisme, l’abbé Wathiau, il trouve en 1925 un poste au magazine le « Vingtième Siècle ». Au départ, c’est un travail administratif. Ce n’est qu’en 1928 que lui est confiée la création du supplément le « Petit Vingtième » pour les jeunes. On y verra apparaître quelques semaines plus tard les premières planches de Tintin.

En 1928, il rencontre Germaine Kieckens qui travaille comme lui au « Vingtième siècle ». Il l’épousera en 1932.

En 1930, à côté des aventures de Tintin, Hergé crée deux personnages typiquement bruxellois : Quick et Flupke. Ce sera la série humoristique d’Hergé, bien loin des enquêtes sérieuses et internationales de Tintin.

Après avoir sorti les tirages des trois premiers albums de Tintin aux éditions du « Petit Vingtième », Hergé rejoint la maison d’édition Casterman en 1934.

L’année suivante, il crée les personnages de Jo, Zette et Jocko.

La Seconde Guerre mondiale

En 1940, les Nazis ferment le « Vingtième Siècle ». Hergé rejoint l’équipe du Soir. C’est là que seront désormais prépubliées les aventures de Tintin. La même année, il rencontre Edgard P. Jacobs, le célèbre auteur de Blake et Mortimer qui deviendra son assistant comme coloriste et décoriste.

Durant la Seconde Guerre mondiale, Casterman imprimera les premiers albums de Tintin en couleur. Afin de diminuer les frais d’impression, l’éditeur demandera à Hergé un travail de remodeling pour faire passer tous les albums à 62 pages. C’est ainsi que des collectionneurs auront parfois eu l‘occasion d’acheter une case ou une bande de cases publiées en magazine mais plus dans les albums de la maison Casterman.

Durant la guerre, Hergé publiera des récits beaucoup moins influencés politiquement. Il se retrouve dans un magazine géré par l’occupant nazi et opte donc pour cette solution : dessiner des bandes dessinées d’aventures. «Le Secret de la Licorne » et « Le Trésor de Rackham Le Rouge » sortent à cette période.

Le journal de Tintin

A la fin de la guerre, avec son ami Raymond Leblanc, Hergé fonde « Le Journal de Tintin ». De nombreux grands auteurs y publieront leurs planches tels Tibet (Ric Hochet), Macherot (Chlorophylle), Graton (Michel Vaillant) ou même Uderzo (mais pour Oumpa-Pah)… Entre autres !

Dans les années ’50, le succès de Tintin est grandissant. Hergé qui a toujours rêvé de voir son personnage adapté au cinéma est donc ravi lorsqu’une adaptation de ses albums est proposée. En 1959, sort « Tintin et le Mystère de la Toison d’Or » puis « Tintin et les Oranges Bleues » quatre ans plus tard. Malheureusement, le résultat n’est pas rentable et les projets futurs sont abandonnés.

En 1956, Hergé rencontre Fanny Vlamynck avec qui il aura une liaison continue. Il quitte sa femme. Le couple vit séparé pendant 10 ans avant de divorcer. En 1977, le divorce prononcé, Hergé épouse Fanny.

Le dernier album de Tintin, réalisé par les studios Hergé est « Tintin et les Picaros ». Il sera publié en 1976. A la fin de sa vie, Hergé et ses studios travaillent sur l’album Tintin et l’Alph-Art qui sera malheureusement inachevé à la mort de l’auteur en 1983.

Hergé ne souhaite pas que Tintin lui survive. Cette volonté sera partiellement respectée. Il n’y aura en effet plus d’albums publiés mais que de produits dérivés ! Statuettes, posters, marionnettes, jeux de cartes… On ne compte pas les produits dérivés à l’effigie de Tintin.

Découvrez ces objets en vente sur Delcampe !

Si le sujet vous intéresse, lisez l’article du Blog Figurines de BD de collection en résine… Retour aux origines !

Héloïse

Rédigé par Héloïse

Rédactrice en chef du Delcampe Magazine et du Delcampe blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser le langage HTML avec les tags et attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

6 commentaires

  1. Bonjour Madame,
    Felicitations pour vos ecrits sources d’informations, details inclus du sujet abordé.je me regale a vous lire!
    Continuez! vous vous demarquer des sites concurents sans ame qui ne parlent que business!!! et il n’est pas trop tard:Meilleurs voeux d’un senior d’Antibes.

  2. Comment savoir si un album de Tintin ( Le Secret de la Licorne), reçu en cadeau à Noël 1959, a de la valeur ?

    • Bonjour,

      Regardez sur la premières pages dans le copyright s’il sagit d’une première édition, cela vous donnera une première idée. Il faut aussi regarder son état. En fonction, la valeur peut être très différente.

      Bonne journée

      Héloïse

  3. Avatar

    Très bien votre biographie sur Hergé. J’ai 70 ans, comme bon nombre de petits français de l’époque, je n’avais pas beaucoup d’argent, juste de quoi m’acheter le journal de Tintin. Je passais mes vacances à Marcinelles (Hainaut) dans ma famille installée tout à côté des éditions Dupuis et du brave Spirou…..Que de bons souvenirs, qu’elle culture…La carte maximum de Georges Rémi plus haut, elle aussi est belle, peut-être qu’un jour, je me la procurerai !
    Amicales salutations.
    J-Pierre Provot

  4. BONJOUR ET BRAVO JE SOUHAITE VENDRE SIX PETITES ASSIETTES ET SIX GRANDES PLATES DECOR L OREILLE CASSEE OU PUIS JE M ADRESSER ? MERCI