Notre membre scriptophile, leperronsigibertois, à l'occasion des 40 ans de l'association belge de scriptophilie qui auront bientôt lieu, nous invite à découvrir cette collection récente et atypique.

La scriptophilie est la collection des anciens titres (actions, obligations). Comparé à la collection de
timbres ou de cartes postales, c’est un hobby assez récent qui a vu le jour dans les années ’70.

En Belgique, l’émission et la délivrance de titres au porteur ont pris fin le 31 décembre 2007. La scriptophilie s’intéresse toutefois à des titres beaucoup plus anciens. Notre pays a un riche passé économique et on peut aisément collectionner des titres émis au 19ème siècle et durant la première moitié du 20ème siècle, dans des thèmes fort variés. Bien entendu, il en va de même pour des pays comme la France, l’Allemagne, le Royaume Uni, les Etats-Unis et bien d’autres.

Sauf quelques exceptions, les titres de collection n’ont plus aucune valeur intrinsèque. Il s’agit bien souvent de sociétés qui ont fait faillite, ou ont été liquidées il y a longtemps. Parfois, ils ont été annulés suite à un remboursement. Reste donc la valeur de collection.

Quels sont les critères qui déterminent la valeur d’un vieux titre ?

L’ancienneté du titre : en principe plus il est ancien, plus il a de la valeur. Pour la Belgique, on peut estimer que les titres émis après 1890 ne sont pas particulièrement anciens, mais ceux émis avant 1850 le sont vraiment.

La rareté du titre : en règle générale, plus un titre est rare, plus il a de la valeur. Il peut s’agir par exemple de petites émissions, ou bien de titres qui avaient une valeur de marché mais qui ont été « oubliés » par leur propriétaire, et qui n’ont pas été détruits après échange ou remboursement.

L’état de conservation : toute autre chose étant égale par ailleurs, un titre en meilleur état aura plus de valeur.

Les décorations et illustrations : de nombreux titres étaient richement illustrés, ce qui pouvait constituer un argument de vente. Ces titres ont en général plus de valeur. D’autant plus si l’artiste était connu, comme Mucha, Montald ou Cauchie. Le graphiste Charles Posch est sans doute celui qui a
illustré le plus de titres belges émis vers la fin du 19ème siècle et au début du 20ème siècle.

Le thème : certains thèmes sont plus recherchés, cela dépend des pays. En Belgique par exemple, les thèmes qui ont beaucoup de succès sont les charbonnages, les tramways et les chemins de fer.

Le pays : certains pays (principalement la Russie et la Chine) redécouvrent leur passé, ce qui crée une forte demande pour des titres qui bien souvent doivent être achetés à l’étranger. Pour d’autres
raisons, les titres luxembourgeois et monégasques sont généralement assez chers, car les collectionneurs font face à une offre très limitée.

Les signatures : les titres signés par des administrateurs célèbres, ou émis au nom de personnes célèbres (titres nominatifs) peuvent atteindre des prix fort élevés.

Beaucoup de facteurs interviennent donc pour déterminer un prix. En fin de compte, comme pour
d’autres objets, on se réfère à la loi de l’offre et de la demande.

Depuis les années 80, les prix ont ainsi évolué en fonction des découvertes. Les prix de certains titres qu’on croyait rares ont chuté quand des lots importants sont arrivés sur le marché. L’exemple de l’action de 500 francs de la Compagnie Impériale des Chemins de Fer Ethiopiens (un titre magnifiquement illustré) est bien connu à cet égard. Le nombre de collectionneurs est assez élevé en Allemagne, au Royaume Uni ou aux Etats-Unis, ce qui soutient les prix. On ne peut pas en dire autant en Belgique ou en France, et le prix d’un beau titre peut donc baisser à partir du moment où quelques collectionneurs sont déjà servis.

En règle générale, en ce qui concerne la Belgique, le prix de nombreux titres se situe entre 1 et 10 euros. Il est fréquent de voir des prix allant jusque 50 EUR. Au-delà, on entre vraiment dans les très belles pièces de collection, et parfois un titre peut se vendre à plusieurs milliers d’euros. Par exemple, lors de la réunion de septembre de l’association belge de scriptophilie, une action privilégiée de L’union Minière du Haut-Katanga émise le 15/05/1922 mise à prix à 40 € a été adjugée 1400 €.

Les débutants peuvent donc constituer la base d’une belle collection à des prix relativement abordables, du moins en titres belges. Il suffit de ne pas se focaliser sur un thème trop précis et fort recherché (après tout, le plaisir d’une collection est de pouvoir acheter régulièrement) et de se fixer des limites (sachant qu’un titre identique peut revenir sur le marché assez rapidement).

Des idées de thèmes ?

Par exemple les banques, les assurances, les tramways, les charbonnages, les mines, les emprunts des villes, les verreries, les emprunts des églises et congrégations, le Congo, les entreprises actives en Roumanie, en Russie, au Brésil, en Espagne, en Italie… Ce ne sont pas les thèmes qui manquent mais encore une fois, je conseillerais à un collectionneur qui débute d’acheter des pièces qui lui plaisent et pour un prix raisonnable. Plus tard, lorsque la collection prend forme, il
sera toujours envisageable d’acheter des pièces plus rares.

 

 

 

Mais comment s’y prendre pour acheter des titres ?

Il est devenu très difficile de trouver des titres sur les brocantes ou chez des particuliers, ça ne pourra pas constituer la base d’une belle collection. Les sites de vente en ligne comme Delcampe sont à votre disposition.

Vous pouvez aussi devenir membre de l’Association Belge de Scriptophilie, qui organise des ventes une fois par mois. Le principe est de vendre aux enchères les titres apportés par les membres ou des vendeurs externes. C’est certainement un bon moyen d’acheter un grand nombre de titres à des prix raisonnables dans une ambiance sympathique. L’Association existe depuis le début des années ’80 et sera heureuse de vous accueillir.

http://www.scripophily.be/ceSiteFR.php

Découvrez les titres en vente sur Delcampe !

Rédigé par Héloïse

Rédactrice en chef du Delcampe Magazine et du Delcampe blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser le langage HTML avec les tags et attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

3 commentaires

  1. Enchanté de vous lire…perso,je collectionne depuis 1971 , uniquement les actions.En 1980 ,quelques passionnés ont créé l’association belge de scriptophilie..Etant membre fondateur No 1 , je reste le seul actif depuis la fondation..J’ai malheureusement l’impression que trop peu de nouveaux membres
    S’intéressent à notre collection.On ne peut que les encourager, vu les multiples intérêts de celle-ci ..
    Bravo Delcampe pour votre dynamisme,et pour votre pierre apportée à notre petite collection.
    Claude Coquelz.(douglenn)

  2. Wonderful Héloïse! There are some beautiful examples of old share certificates and bonds out there. I have only two or three but the aesthetic attraction for a collector like myself would certainly encourage me to buy more. However, my wife is watching me closely…

  3. Dans les infos que j’ai envoyées à Héloïse J’ai indiqué que la vente de l’Action Union Minière du Haut-Katanga proposée à 40,00 € lors de la vente mensuelle de l’association belge de scriptophilie a été adjugée 1400,00 € – en réalité elle est partie à 2400,- €. avec 1 seul œil et ma vue décalée il m’arrive de taper à côté (même en ne regardant pas le clavier).
    Merci à Héloïse pour sa magnifique présentation.
    Serge Piraux (leperronsigebertois).