Jeu populaire par excellence que tout le monde a chez lui, connaissez-vous l’histoire du jeu de carte ?

La première fois qu’il est fait référence au jeu de carte date de la dynastie Tang en Chine. Cette famille régna du 7ème au tout début du 10ème siècle. Les cartes de l’époque étaient loin de ressembler à nos cartes actuelles. On parle de cartes dominos et de cartes échecs. Cependant, la première vraie carte retrouvée date d’environ 1400.

La pratique des cartes s’est diffusée depuis la Chine. Son introduction en Europe semble être le fruit des Mamelouks qui étaient installés en Egypte à la fin du 14ème siècle. Le jeu de carte des Mamelouks comprend 5 couleurs : bâtons de polo, bâtons, pièces, épées et coupes. A l’exception des bâtons de polo, ce sont encore les couleurs qui sont utilisées dans les jeux de cartes italiens et espagnols. C’est aussi de cette époque que date la division que nous connaissons entre figures et cartes à chiffres.

En Europe, on atteste pour la première fois de la présence des cartes en Catalogne en 1371. Très vite, la demande explose pour ce jeu qui permet tant de possibilités : jeux, divination, mais aussi moyen de communication voire même instrument monétaire !

Cela suscite quelques explications. Quand on parle de moyen de communication, il faut savoir qu’avant 1800, le côté dos des cartes étaient blanc. Il était donc très facile d’écrire un message dessus. Certains dos de cartes ont également servi à écrire des reconnaissances de dettes. Ainsi, certaines cartes portent les écrits de personnages célèbres tels que Molière ou Napoléon !

Le jeu de carte au cœur des collections

La première idée qui vient à l’esprit lorsque je formule cette affirmation est évidemment de penser aux cartes publicitaires offertes par de nombreuses marques. Le jeu de carte est bien connu des tégestophiles ou autres collectionneurs d’objets publicitaires entre autres… Mais le secteur alimentaire est loin d’être le seul à avoir créé des produits dérivés en carte à jouer : bande dessinée, compagnie d’assurances, tourisme, il existe énormément de possibilités…

A l’inverse, le jeu de cartes est tellement populaire qu’il existe de nombreuses cartes postales, tableaux, timbres… qui en représentent dans leurs motifs. Autant le dire clairement, le collectionneur de jeux de cartes a bien des possibilités pour s’amuser !

 

Héloïse

Rédigé par Héloïse

Rédactrice en chef du Delcampe Magazine et du Delcampe blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser le langage HTML avec les tags et attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Un commentaire

  1. Bonjour,
    Bravo pour cet exposé intéressant,,, Certains pensent que les jeux de cartes ont été ramenés des croisades, ce qui est possible, d’ou on en a déduit que les cartes sont arrivées par l’Italie et l’Espagne,,, D’autres au contraire estiment que les pays du Nord, dont la Belgique et l’Allemagne, ont eu très tot des cartes, à cause des échanges commerciaux,,, Selon cette thèse, en ce qui concerne l’Allemagne, on parle du début du 14e siècle,,, Les cartes auraient mis 50 ans avant de se répandre un peu partout en Europe,,, Peut-etre,,, Ce qu’il y a de sur, c’est que cette industrie cartiére est conditionnée à la naissance du papier ! Et là, en France, on a quelques indications sur le sujet,,, Plus surement, les cartes ont été connues à cause de leur interdiction par les autorités religieuses,,, Les cartes ont servi à tout, en ce qui concerne les dos : fiches d’étudiants, ordonnances médicales ou prises de rendez-vous, étiquettes de sacs de justice, etc, etc,,, Il faut dire que le papier était rare et cher,,, En Allemagne, on a fait des billets de banque à la gloire du jeu de skat,,, Voilà ce que j’avais à vous dire,,, Bien cordialement,