Suite à l'article paru le 12 novembre, l'un de nos membres, Fichau m'a écrit pour le compléter. Cette réponse étant très intéressante, je vous propose de la découvrir et en profite pour remercier ce Delcampeur !

C’est avec une grande attention que j’ai découvert votre newsletter Delcampe du 12 novembre 2020 consacrée aux premiers timbres de l’île Maurice, ayant moi-même eut l’occasion d’en observer des exemplaires lors de l’un de mes voyages sur cette destination paradisiaque de l’Océan Indien.

Si cette dernière s’avère un lieu touristique par excellence : tant pour ses plages, que pour ses mets culinaires raffinés ou encore pour la gentillesse de ses habitants, tout un chacun intéressé par ce type de destination et philatéliste dans l’âme se réjouira d’apprendre qu’il y existe dans la capitale (Port-Louis) un musée au nom évocateur et en lien avec votre texte : le « Blue Penny Museum ».

Si ce dernier est un musée d’art et d’histoire entièrement consacré à l’île Maurice, il tire sa dénomination de la pièce maîtresse de ses collections.  Ce fameux Blue Penny qui avec son jumeau, le Red Penny ont été acquis – en 1993 – par un consortium de seize sociétés mauriciennes sous la houlette d’une banque locale.  Il s’agit de la Mauritius Commercial Bank, créatrice du musée précité.  Le coût de cet achat était de 2 millions de dollars américains.

Le site web de ce musée nous apprend qu’ :

« En septembre 2011, les légendaires timbres rouges et bleus de la Poste mauricienne ont été réunis au prestigieux Musée de la Communication de Berlin pour une exposition exceptionnelle. Les collectionneurs de timbres du monde entier ont pu admirer ces timbres-poste, qui représentent le meilleur de la philatélie mondiale en raison de leur rareté et de leur renommée. Le public a ainsi eu la chance d’admirer 18 des 27 spécimens restants, sur les 1000 qui ont été imprimés à l’origine en 1847.

Ces fameux timbres ont été émis il y a plus de 160 ans par la colonie britannique de Maurice et les spécimens restants sont aujourd’hui la propriété de la Collection Philatélique Royale de Sa Majesté la Reine Elizabeth II, de la Bibliothèque Britannique, des Musées de la Poste de La Haye et de Stockholm, le Blue Penny Museum à Maurice et un certain nombre de collectionneurs privés très chanceux. »

De plus, il cite aussi quelques collections publiques qui possèdent certains de ces timbres :

  • Le « Swedish Postal Museum » à Stockholm (possède un red et un blue Penny oblitérés).
  • Le « Museum voor communicatie » de La Haye (dispose d’un blue non oblitéré).
  • Le « Museum für Post und Kommunikation » sis à Berlin (expose un red et un blue Penny oblitérés).
  • La « Tapling Collection » (British Library, Londres) (comporte dans son fonds un red oblitéré et un blue non oblitéré).

Sans oublier, la collection Royale britannique à Londres qui est propriétaire d’un red oblitéré et d’un blue non oblitéré.

A noter qu’en plus du Blue Penny Museum, la capitale mauricien comporte un autre intéressant musée consacré à l’histoire postale du pays : le Musée postal mauricien.

 

Pour aller plus loin :

 

Rédigé par Héloïse

Rédactrice en chef du Delcampe Magazine et du Delcampe blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser le langage HTML avec les tags et attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

4 commentaires

  1. Qui pourrait me renseigner sur la valeur des timbres allemands post 1918, au moment de l’inflation galopante? Ces timbres d’une valeur normales sont surchargés à des sommes impensables.
    Cordialement
    G.J.

  2. Timbres Maurice.
    Bravo pour l’article de novembre et un grand merci au Delcampeur pour ses informations complémentaires, passionnant ! Tout comme l’histoire et le contexte de ces timbres, récit paru dans Timbres-Magazine (Timbroscopie à l’époque) au moment d’une vente aux enchères de ces timbres (et d’une enveloppe je crois me souvenir) organisée par D. Feldman il y a bien des années.
    En cette période de solitude forcée, il est bien agréable de lire et relire vos magazines. Merci à vous.

  3. Bonjour.
    Seul quelqu’un ne connaissant pas ou guère l’anglais peut penser que l’inscription « Post Office » soit une erreur. Certes, office signifie bureau et il serait ridicule d’écrire « bureau de poste » sur un timbre (sauf s’il en représente un !). Mais Office signifie aussi administration comme dans « Foreign office » et « Home Office » désignant le Ministère des Affaires étrangères et celui de l’Intérieur. Nous avons aussi l’Office des Pensions qui ne désigne pas uniquement le local mais l’institution.