Le terme de faire-part est un mot français qui signifie « ce qui revient à quelqu’un dans une chose où il est intéressé ». Il s’agit d’un courrier (actuellement, ce courrier a tendance à devenir virtuel) dans lequel des personnes annoncent un événement. En fonction de ce dernier, on pourra avoir des faire-part de décès, de mariage, de fiançailles, de naissance…

La tradition du faire-part ne date pas d’hier. Il semblerait qu’elle ait commencé par les faire-part de décès dont on a déjà connaissance à la fin du 17ème siècle. Parfois au dos d’une image pieuse, cesfaire-part sont envoyés pour donner les informations relatives à la cérémonie de l’enterrement.

Par la suite, la tradition accroît le nombre de faire-part envoyés ajoutant des événements plus joyeux tels que mariages, naissances, baptêmes, fiançailles… permettant d’informer personnellement ceux à qui ils sont adressés.

Si dans un premier temps, cette tradition est réservée à une élite très aisée, la tradition se démocratise à la fin du 19ème siècle permettant à tous d’envoyer des faire-part. Passant du plus traditionnel au plus original, les faire-part d’hier et d’aujourd’hui se collectionnent et on pourrait parfois être surpris sur Delcampe de retrouver d’anciens faire-part évoquant des membres de sa famille !

Vous êtes curieux ? Trouvez les faire-part de votre famille sur Delcampe !

Rédigé par Héloïse

Rédactrice en chef du Delcampe Magazine et du Delcampe blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser le langage HTML avec les tags et attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Un commentaire

  1. … alors, ça, c’est une idée originale ! et j’en fais mon profit. Merci d’avoir publié cet article sur les faire-part.