L’illustration en cartophilie est très recherchée et pour cause, les cartes anciennes colorées attirent toujours l’œil. Aujourd’hui, nous allons vous parler d’une série bien connue des cartophiles amateurs d’illustrations anciennes, la série Wiener Werkstätte.

L’histoire de la carte illustrée remonte à la fin du 19ème siècle. C’est à cette époque que de nouvelles techniques d’impression comme la lithographie ou la chromolithographie vont se développer, permettant l’impression des cartes illustrées en couleur par plus grands tirages.

Le Wiener Werkstätte que l’on peut traduire par atelier viennois voit le jour en 1903, sous la forme d’une association à responsabilité illimitée. A la tête, Messieurs Hoffmann et Moser. La section carte postale verra le jour en 1907, mais les cartes commenceront à être éditées en 1908. Entre 1908 et 1914, environs 1000 cartes différentes verront le jour. Elles sont numérotées. A l’heure actuelle, on en connaît jusqu’au numéro 1012, mais certains numéros entre 900 et 1000 manquent.

 

 

Papiers et motifs

Le papier de ces cartes a son importance. Les cartes 1 à 999 comportent trois couches de papiers, deux fines (pour les impressions du dessin et du revers de la carte en une au milieu plus épaisse. A partir de la carte 1000, elles sont imprimées sur papier bristol.

Un motif récurrent est le cabaret Fledermaus. Celui-ci fut redécoré par des artistes qui travaillaient également pour le Wiener Werkstätte à la même époque. Il a donc constitué un motif de choix que ce soit pour des cartes architecturales, des références à des spectacles, des costumes…

La mode a aussi beaucoup inspiré les artistes qui ont illustré les cartes Wiener Werkstätte. On retiendra notamment le nom de Mela Köhler qui a dessiné plus de 90 cartes sur ce thème ! Comme elle, beaucoup de femmes ont fait partie des artistes des cartes postales Wiener Werkstätte. Si plusieurs grands noms de l’illustration viennoise sont venus s’ajouter à la liste des illustrateurs, beaucoup de cartes ont été dessinées par des artistes inconnus, voire même des élèves de l’école des arts décoratifs.

La fin de la création

Après la guerre, le bilan commercial de la société est devenu désastreux, si bien qu’elle fut liquidée en 1932 sans reprise de sa série de cartes postales.

Aujourd’hui ces cartes sont très prisées et se vendent sur Delcampe à des prix parfois surprenants. Certaines cartes atteignent plusieurs milliers d’euros.

Envie de découvrir d’autres cartes Wiener Werkstätte ? Consultez www.delcampe.net, la marketplace des collectionneurs.

Article inspiré de l’étude de Marc Lefèbvre sur ce sujet

Rédigé par Héloïse

Rédactrice en chef du Delcampe Magazine et du Delcampe blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser le langage HTML avec les tags et attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.