L’une des figures les plus marquantes de l’Antiquité est sans conteste Alexandre le Grand. Ce roi de Macédoine qui a vécu au 4ème siècle avant Jésus-Christ fut un grand conquérant mais aussi une grande figure de la numismatique. En effet, bien après sa mort, des pièces à son effigie ont été frappées.

La vie d’Alexandre le Grand

Né en 356 avant Jésus Christ, Alexandre est le fils de Philippe II de Macédoine. Il reçoit une bonne éducation, notamment du célèbre philosophe grec Aristote qui sera son professeur. Suite à l’assassinat de son père en 336 AV-JC, il monte sur le trône. Le but de son règne sera d’accroître le territoire dont il est le souverain. Ainsi, en 12 ans, il annexera successivement l’Anatolie, le Liban, l’Egypte, la Perse et l’Inde, faisant de son royaume l’un des plus grands de tous les temps. Il décédera à Babylone à l’âge de 32 ans et reçut à sa mort un statut divin.

Les monnaies sous le règne d’Alexandre.

En 12 ans de règne, Alexandre le Grand a fait frapper beaucoup de monnaies.

Son premier monnayage est, comme celui de son père, à l’effigie de Zeus.

Son second monnayage eut lieu après la conquête de la Perse en 333 AV-JC. Il faut dire que lorsqu’il conquit la Perse, il mit la main sur pas moins de 300 tonnes d’or et 200 tonnes d’argent. Il produisit des statères d’or, des drachmes en argent, des tétradrachmes en argent et des hémiboles en bronze. La particularité de ces monnaies est qu’elles ont circulé sur l’entièreté du territoire conquis par Alexandre le Grand. Au point même qu’il y eut des faux à l’époque ! Elles portent le nom générique d’ « alexandres ».

Sur la pièce la plus populaire, le tétradrachme d’argent, on trouve le visage d’Heraclès portant la dépouille du Lion de Némée, le premier de ses 12 travaux. Sur l’autre face de la pièce, Zeus est représenté, assis sur le trône un aigle à la main et un sceptre à l’autre. Elle porte la mention « d’Alexandre ».

Une effigie de la numismatique post-mortem

La mort d’Alexandre mènera à une nouvelle ère dans la numismatique de son territoire. Celui-ci va se morceler et la gloire d’Alexandre le Grand va être exploitée par certains dirigeants qui en profitent pour se légitimiser grâce à des monnaies à l’effigie du souverain. Jusqu’en 65 AV-JC, des pièces à l’effigie d’Alexandre le Grand vont être frappées. Les premières pièces à porter son portrait sont des pièces en argent d’Egypte qui datent de 328 AV-JC. Alexandre y est représenté comme un Héraclès portant une peau d’éléphant (à la place du Lion de Némée).

Par la suite, on retrouvera son visage en Syrie aux environs de 300 AV-JC sur une série de tétradrachmes frappés à Persépolis. Cette fois Alexandre le Grand porte un casque orné de cornes et d’oreilles de taureau. Quelques années plus tard, c’est le tour de la Thrace de présenter une monnaie à l’effigie du souverain à la tête ornée de cornes de bélier.

De cette manière, plusieurs dizaines voire centaines d’années après sa mort, des pièces à l’effigie d’Alexandre le Grand ont été frappées.

Découvrez des milliers de monnaies antiques en vente sur Delcampe.

Héloïse

Rédigé par Héloïse

Rédactrice en chef du Delcampe Magazine et du Delcampe blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser le langage HTML avec les tags et attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Un commentaire

  1. Alexandre fut le fils de Philippe II qui a réuni tous les Grecs action rempli par Alexandre qui partant à la conquest du monde a fait écrire sur offrande votive à Delphes: Alexandre et les Grecs sans les Lacédemoniens (les Spartiates ayant réfuser d’ y participer):