Les stars font vendre, c’est bien connu, il n’y a qu’à voir le nombre de magazines people qui existent à l’heure actuelle. Sur Delcampe, certaines stars plus anciennes connaissent encore un franc succès, ayant marqué le public par leur talent et leur physique hors du commun. Nous avons eu envie de vous présenter six grandes vedettes immortalisées par la photographie. Comme vous l’imaginez bien, cet article est loin d’être exhaustif et vous laissera, je l’espère, un arrière-goût de nostalgie.

Edouard de Max

Edouard de Max est un acteur de théâtre français d’origine roumaine. Il commence sa carrière d’acteur en 1889 à Paris. Deux en plus tard, il obtient le rôle de Néron dans Britannicus ce qui lui vaudra de se faire connaître.

L’acteur fait partie de ces personnalités qui ne rendent pas indifférent. On adore ou on déteste ! Ami de Sarah Bernardt, il se distingue par son jeu et ses tenues extravagants. Cette amitié le fera travailler avec cette grande dame du théâtre jusqu’en 1911, bien que leur amitié soit ponctuée de disputes plus ou moins longues et surtout pleine de drames, à l’image des deux acteurs !

Edouard de Max rejoint la Comédie Française en 1915 dont il deviendra le 355ème sociétaire en 1918. L’acteur n’a pas hésité à jouer des rôles écrits par des jeunes auteurs en qui il croyait pour les faire connaître.

Décédé le 28 octobre 1924 à Paris à l’âge de 55 ans d’une congestion pulmonaire, de Max repose aujourd’hui au cimetière Montparnasse.

Aujourd’hui, l’acteur est encore très célèbre auprès des collectionneurs Il fait notamment partie des icônes homosexuelles à une époque assez ancienne. On trouve sur Delcampe de nombreuses photos de lui dont le prix dépasse facilement les 100€.

 

 

 

 

 

 

 

Joséphine Baker, artiste engagée

Première célébrité noire internationale, la vie de Joséphine Baker est digne d’un roman. Elle quitte l’école pour se marier à l’âge de 13 ans. Divorce et se remarie avec Willie Baker dont elle gardera le nom l’année suivante mais le quitte deux ans plus tard car elle veut devenir une star

Elle rejoint New York et obtient après plusieurs refus, un rôle dans une comédie musicale jouée par des Noirs. Sa chance, elle la devra à Caroline Dudley Reagan qui l’engage pour jouer dans la « Revue Nègre » à Paris. C’est dans ce cadre qu’elle portera son célèbre costume la ceinture de bananes !

Elle devient meneuse de revues aux Folies Bergères où elle se promène avec un léopard et entame quelques années plus tard une carrière au cinéma.

Devenue Française en 1937, elle s’engage deux ans plus tard dans la Résistance. De 1941 à 1944, elle vit au Maroc et glane toutes sortes d’informations au profit des Alliés.

A la Libération, elle reçoit la médaille de la Résistance française puis est faite Chevalier de la Légion d’honneur par Charles de Gaulle.

Après la guerre, Joséphine Baker s’engage dans différentes causes qui lui tiennent à cœur. Au château de Milandes, elle adopte 11 enfants de toutes origines qu’elle appelle sa « tribu arc-en-ciel » et lutte activement contre la ségrégation raciale. Mais cette vie dédiée à la bonne cause coûte cher et Joséphine Baker se retrouve criblée de dettes. Si bien qu’elle est obligée de revendre son château.

Aidée par Brigitte Bardot, Jean-Claude Brialy mais surtout Grace de Monaco, elle remonte sur scène à Paris. C’est dans cette ville qu’elle a tant aimée qu’elle décédera le 12 avril 1975.

Elle reste une star chez les collectionneurs et fait partie des célébrités les plus recherchées en photographies et en cartes postales sur Delcampe !

Louise Brooks l’actrice au casque noir

Née en 1906 au Kansas, Louise Brooks a commencé sa carrière comme danseuse. Après un passage en Europe dans des spectacles réservés aux hommes, Louise Brooks rejoint la troupe des Ziegfield Follies sur les planches de Broadway.

C’est là qu’elle sera repérée par le producteur Walter Wanger et deviendra actrice dans des comédies légères et muettes. Très vite, elle rencontre le succès. Sa coiffure courte en casque noir deviendra la coupe à la mode dans le monde entier.

Louise se lasse du cinéma hollywoodien et décide de poursuivre sa carrière en Europe. C’est ainsi qu’elle accepte le rôle principal de Loulou qui en fera  une icône sulfureuse du cinéma. Elle tournera encore quelques films en Europe avant de revenir aux Etats-Unis. Les portes se ferment. Il faut dire qu’avec son caractère bien trempé, Louise Brooks a refusé d’enregistrer les voix de ses films muets, ce qui n’a pas été du goût des producteurs hollywoodiens. Elle est obligée d’accepter de petits rôles mal payés.

Humiliée, elle décide de repartir au Kansas pour lancer une école de danse. Mais là aussi, elle n’est pas bien accueillie et repart vers New York où elle occupe un emploi de vendeuse avant de devenir call-girl. Sa vie tournait bien mal.

Heureusement, la chance tourne et Louise Brooks entame une carrière de journaliste critique de cinéma. Au début des années ’50, son talent est enfin reconnu grâce au journaliste français Henri Langlois qui déclare « Il n’y a pas de Garbo ! Il n’y a pas de Dietrich ! Il n’y a que Louise Brooks ! »

A la fin de sa vie, elle se lance dans l’écriture. Elle décède en 1985 d’une crise cardiaque mais restera pour toujours une icône du cinéma et des collectionneurs.

Découvrez des clichés de milliers de célébrités sur Delcampe !

Rédigé par Héloïse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser le langage HTML avec les tags et attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 commentaires

  1. BIEN, BRAVO ET MERCI !

  2. enrichissant , merci beaucoup.