Il y a quelques jours, le directeur scientifique de l’Institut Van Gogh a fait une découverte surprenante sur une carte postale ancienne qui a été vendue à plusieurs reprises sur Delcampe !

 

Comme le signalent nos confrères de la RTBF, Wouter Van der Veen a, en effet, découvert l’inspiration de Van Gogh pour son dernier tableau « Racines » peint le jour même de son suicide à Auvers-Sur-Oise, rue Daubigny. Les racines en question se trouvaient à quelques centaines de mètres de l’auberge où résidait Van Gogh comme l’atteste la carte postale ancienne sur laquelle il est tombé par hasard.

 

Pour la petite histoire, Daubigny était lui-même peintre et Van Gogh avait peint quelques semaines auparavant une toile représentant sa maison. Au sujet de ce tableau, il aurait écrit à son frère Théo « C’est une de mes toiles les plus voulues ».

 

 

 

Un paysage digne d’une carte postale

Les peintres comme les photographes ont toujours eu à cœur de choisir les paysages les plus intéressants pour accomplir leurs œuvres. Il y a donc gros à parier que vous pourrez trouver d’autres clins d’yeux à des œuvres célèbres parmi plus de 50 millions de cartes postales qui sont en vente sur Delcampe !

La vie de Van Gogh

Vincent Van Gogh naît le 30 mars 1853 à Groot-Zudert aux Pays-Bas. Il est issu d’une famille de marchands d’art et de pasteurs. Il est l’aîné de 6 enfants. Sa scolarité, éloignée de son cadre familial, lui permet d’apprendre le français, l’anglais et l’allemand. Il ne la terminera pas et entrera à 16 ans dans la vie active.

Il rejoint la société familiale « Goupil&Cie » à La Haye en 1869 et devient ainsi négociant en art. Quelques années plus tard, il est muté dans la filiale londonienne où il réussit assez bien. Malheureusement, il s’éprend de la fille de son logeur qui ne partage pas ses sentiments. Déprimé, Van Gogh s’isole et se tourne vers la religion.

Sa famille, inquiète, le renvoie à La Haye où il restera deux ans avant d’être muté à Paris au siège principal de « Goupil&Cie », en 1875. Cette expérience se déroulera très mal car Van Gogh ne supporte pas que l’art soit traité comme une marchandise. Il sera licencié quelques mois plus tard.

Son attrait pour la religion l’encouragera à tenter une carrière de pasteur. Le père de Van Gogh étant pasteur, sa famille l’encourage dans cette voie. Il part donc en mai 1877 pour Amsterdam. Aux examens, il échoue brisant ce rêve. Il obtient toutefois un poste d’évangéliste en Belgique dans la région du borinage (située au sud de la Belgique, du côté de Mons). Il s’identifie à la population de mineurs très pauvre qui y réside. Cette période aura d’ailleurs une forte influence sur une partie de son œuvre. Prenant son rôle social plus à cœur que son rôle évangéliste, sa mission est arrêtée. Il retourne auprès de sa famille aux Pays-Bas quelques temps après.

C’est à ce moment que sa vocation d’artiste prend le pas. En 1880, il part pour Bruxelles où il s’inscrit à l’Académie Royale des Beaux-Arts. Son frère Théo, avec lequel il entretient une relation très forte, est resté dans l’entreprise familiale. Croyant beaucoup au talent de Vincent, il décide d’en devenir le mécène.

En 1882, Vincent Van Gogh s’essaie à la peinture à l’huile. Assez peu satisfait de ses premiers résultats, il aura tendance à déchirer les œuvres qui ne trouvent pas grâce à ses yeux. La solitude et la raison financière l’obligent à rejoindre la maison familiale en 1883. A cette époque, ses parents sont installés à Nuenen. Cette période aura une influence décisive sur son art. Il réalise de nombreux dessins et peintures sombres. Il donne aussi des cours de peinture à des amateurs.

Après la mort de son père en 1885, Vincent Van Gogh quitte les Pays-Bas pour la Belgique. Il s’installe à Anvers où il découvre les estampes japonaises qu’il collectionne avec intérêt. C’est à cette période également qu’il entreprendra la réalisation de ses premiers autoportraits.

Après quelques mois, il décide de partir à Paris s’installer chez son frère Theo. Son frère tient une galerie de peinture à Montmartre, ce qui permettra à Vincent Van Gogh de se plonger dans l’univers de la peinture impressionniste et de faire connaissance avec de nombreux grands noms de l’époque dont Seurat, Pissaro mais surtout Paul Gauguin avec lequel il sera très lié.

Développant son style et intéressé par l’influence de la lumière sur ses peintures, il quitte Paris pour s’installer à Arles en Provence. Son rêve est de créer un atelier avec d’autres artistes. Paul Gauguin répond à son appel. A cette époque, il décide de se lancer dans la réalisation de séries de tableaux. On pense notamment aux fleurs.

C’est suite à une violente dispute avec Paul Gauguin qu’il coupera son oreille dans un accès de folie. Vincent Van Gogh souffre d’hallucinations et de désordres mentaux. Il se fait interner. Il réalise dans son asile de nombreuses peintures. Il quitte l’asile en mars 1890 et se rapproche de son frère Théo en s’installant à Auvers-Sur-Oise à 30 kilomètres de Paris où ce dernier réside.

Malheureusement, ses démons reprennent le dessus. Le 27 juillet 1890, il se suicide d’un coup de revolver dans la poitrine. Il décédera deux jours plus tard.

 

 

Héloïse

Rédigé par Héloïse

Rédactrice en chef du Delcampe Magazine et du Delcampe blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser le langage HTML avec les tags et attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

3 commentaires

  1. merci pour votre article sur Van Goth c’est l’un de me préféré ,originaire de l’Oise je suis souvent allé visité sa chambre à l’auberge Ravoux

  2. Bonjour,
    Je crois plutôt que son dernier tableau est celui peint dans la plaine au dessus d’Auvers où l’on voit un vol de corbeaux ….

    • Bonjour,

      Je n’y étais pas, mais il semble que « Racines » ait été peint le jour de sa mort… Mais peut-être que le vol de corbeaux également.

      Bonne journée

      Héloïse