On est parfois surpris des différentes collections qui existent. On pense spontanément aux classiques : timbres, monnaies, cartes postales… Mais savez-vous ce qu’est un tyrosémiophile ?

Collectionner les étiquettes de fromage

La réponse est dans le titre. L’un des fleurons de la gastronomie française nous permet une collection originale, celle des étiquettes de fromage. Parmi ceux-ci, le camembert est roi. Sans doute grâce à sa boite ronde en bois qui se prête particulièrement bien à cet exercice. De belles illustrations sont à découvrir et certaines permettent de lever le voile sur certains moments de l’histoire.

 

Quelques mots sur l’histoire du camembert de Normandie

Fromage au lait cru de vache produit et transformé en Normandie, le camembert de Normandie bénéficie depuis 1982 de l’Appellation d’Origine Contrôlée pour son goût inimitable.

Selon la légende, on le doit à une fermière du village de camembert, Marie Harel (Fontaine de son nom de jeune-fille) à la fin du 18ème siècle. Les héritiers de Madame Harel ont continué de faire fructifier son exploitation et le fromage est devenu l’une des vedettes de la région normande.

Au départ, le fromage est conditionné sur un lit de paille mais ce choix s’avère peu judicieux pour les transports de longue durée. Aussi, à la fin du 19ème siècle, les producteurs de camembert adoptent définitivement la boite en bois de peuplier ronde qu’on connaît si bien aujourd’hui. C’est également de cette époque que datent les premières étiquettes de fromage.

Très vite, le business du camembert envahit la région. Afin de protéger le fromage qui en fait sa renommée, 53 fromagers créent le Syndicat des fabricants du véritable camembert de Normandie afin de se prémunir contre les imitateurs !

1001 motifs d’étiquettes de camembert

De l’exquise fermière à la vache normande en passant par des moines, moulins ou autre motifs, les artisans rivalisent de créativité pour créer de belles étiquettes qui font aujourd’hui le bonheur des collectionneurs ! Les prix sur Delcampe vont de quelques centimes à plusieurs centaines d’euros en fonction de la rareté et de l’état des étiquettes.

 

 

Le camembert, un fromage de patriote

En faisant des recherches, je suis assez rapidement tombée sur des étiquettes liées à la Première Guerre mondiale. C’est ainsi que je me suis rendue compte de l’impact de la Grande Guerre sur le camembert.

C’est en effet la Première Guerre mondiale qui va faire connaître le camembert à travers toute la France. Les producteurs de fromages normands décident de se mobiliser. En 1917, selon le livre « le Camembert, mythe français » de Pierre Boisard, le producteur Louis Serey propose aux autres membres du Syndicat des fabricants de Véritable Camembert de Normandie d’offrir une journée de production à l’armée française. Cette proposition est adoptée.

Les producteurs de camembert parviennent à introduire leur fromage auprès des magasins centraux de l’armée. Très vite, le camembert fera partie de la ration du Poilu qui déguste au sein des tranchées le bon camembert normand.

Dans le même temps, plusieurs producteurs de camembert décorent leurs boites d’illustrations patriotes. Portrait de poilu, couleurs françaises, ils ne reculent devant rien pour afficher leur fierté nationale. Il faut savoir également que durant la période de la guerre, ils privilégieront l’approvisionnement du front au détriment de l’arrière.
Ce patriotisme leur sera extrêmement profitable. Tout d’abord, il leur laisse une très belle image auprès des consommateurs mais aussi, le camembert devient pour les anciens soldats une forme de madeleine de Proust. Le casse-croûte attendu et réconfortant fait son apparition dans les maisons et ne les quittera plus.

Découvrez de magnifiques étiquettes de camembert sur Delcampe !

 

Héloïse

Rédigé par Héloïse

Rédactrice en chef du Delcampe Magazine et du Delcampe blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser le langage HTML avec les tags et attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

11 commentaires

  1. Ma collection d’étiquettes de camembert presente de nombreux intérêts : visuel, artistique, géographique et ……olfactif !

  2. la Vache qui rit de Michel LAFON
    Sa vie, ses recettes édité en novembre 2006.

    On y retrouve l’évolution du dessin de la boîte pour arriver à celle d’aujourd’hui dont la première « la tête d’un boeuf goguenard de couleur brune  » à l’intention des poilus en 1917, sélectionnée dans un concours « le rire d’un vache au secours du moral des troupes ».
    Petit livre bien documenté et très intéressant .

    Amicalement

    Thérèse Pilard

  3. Bravo pour votre étude sur la tyrosémiophilie dont je découvre le nom.

    • Bonjour Heloise
      Bravo encore pour cet agréable article. C’est un vrai voyage à l’infini ces fameuses étiquettes de camembert et en plus le camembert ( le vrai ) c’est un régal. Je suis de ces collectionneurs la. Il existe différents clubs dont le CTF en Haute Normandie. Merci

  4. chers tyrosémiophile avez vous remarqué que ces étiquettes anciennes ne comportent aucune « mention légale », en particulier le taux de « matière grasse »? Ces mentions ne sont apparues qu’en décembre 1950. Après la 2éme guerre mondiale. La France manquait de matière grasse pour fabriquer du beurre. La mention 45% de M.G. (pour le camembert, par exemple) signifiait 45% de M.G/Matière sèche soit en réalité à peine 20 g de M.G. pour 100 grammes de fromage! Ecrémage partiel du lait, donc crème récupérée pour la fabrication du beurre!

  5. Avatar

    Bonjour,
    Je possède une trentaine de boites de camembert venant principalement de Nouvelle Calédonie, pourriez-vous me dire à qui je puis m’adresser pour vendre la totalité de cette collection.
    Merci

  6. Bonjour a tous est bravo a Héloise pour sa présentation, il manque juste l’odeur du fromage lol. Je suis tyrosémiophile et je suis ravi de voir ses étiquettes de camembert et aucune dans ma collection. Je suis toujours admiratif devant les collections des autres. Merci pour tous @+

  7. Avatar

    Bravo Héloïse pour cet article sur les camemberts . Mais lorsque j’y pense : le Poilu qui reçoit son camembert dans les tranchées devait avoir tout intérêt à le manger au plus vite !!! Car d’autres fins museaux devaient apprécier ce camembert : les rats, qui pullulaient dans les tranchées ! Et ce fromage ne devait pas manquer d’odeur pour les attirer !

  8. A signaler:
    le dimanche 20 Octobre Falaise (14) de nombreux lots d’étiquettes de fromage seront mis en vente aux enchères par maître Hersent & Alain Leroux
    catalogue gratuit sur demande à: hersent.huissier@orange.fr