De quoi a-t-on besoin quand on débute en philatélie ? C'est la question qui a été posé à une vingtaine de philatélistes chevronnés. Voici les réponses qu'ils ont donné... De quoi faire une belle liste pour les fêtes !

Top 1 : la documentation papier adéquate

Catalogues de timbres, bibliothèque fournie, voici, selon beaucoup de philatélistes quelque chose d’indispensable ! Et c’est vrai, comment analyser un timbre ou une lettre sans la documentation adéquate. Un esprit critique et une documentation fiable sont la base de toute recherche.

Top 2 : La pince à timbre

Une pince à timbre est le premier outil indispensable du philatéliste car elle est obligatoire pour manipuler les timbres sans les détériorer. Il existe plusieurs modèles. Il faut sentir celle faite pour vous. Plus courte, plus longue, bout rond, bout pointu, les avis divergent. Le principal est de trouver l’outil qui correspond à vos besoins… Vous arriverez très vite à la maîtriser !

Top 3 : la loupe

Pour voir les détails, les variétés, pouvoir lire quelque chose écrit petit sur le timbre, les marques postales, le contenu d’une lettre, il est indispensable d’être équipé d’une bonne loupe. Il en existe à tous les prix en fonction du degré de perfectionnement de l’outil et si on la souhaite avec un éclairage intégré, ce qui semble être un gros atout.

Top 4 : Le bon classeur et le bon album.

Le matériel nécessaire au classement de votre collection est lui aussi indiscutable. Le classeur est indispensable car il constitue l’élément intermédiaire entre la cuvette et l’album, en  permettant de ranger les timbres après les avoir triés, en attendant de les insérer à leur place dans l’album.

Les classeurs et albums existent en plusieurs formats, avec 8, 16, 32 ou 64 pages, à pages blanches ou noires et une feuille en cristal s’intercalaire entre chaque page, pour protéger les timbres. Ils ont leur place dans les bibliothèques et doivent être rangés «debout».

Dans un classeur, le collectionneur classe ses timbres comme il l’entend. Les pages cartonnées noires ou blanches possèdent de 5 à 10 ou12 bandes transparentes en rhodoïd pour y glisser les timbres-poste.

Un classeur peut aussi servir à stocker vos doubles en les regroupant par pays, par type, etc. Il est bon de  placer avant chaque timbre une petite étiquette comportant le n° du timbre, sa côte et le prix auquel vous voulez le vendre…Sur Delcampe, bien sûr !

Top 5 : un ordinateur, une connexion Internet et Delcampe !

La moitié des philatélistes que j’ai interrogés ont formulé cette réponse. Aujourd’hui, les recherches et Internet sont indissociables. Les philatélistes ont bien compris les possibilités qu’offrent Internet aussi bien en matière de documentation (attention toutefois à garder un esprit critique) qu’en matière d’achats de pièces de collections et dans ce cadre, Delcampe est leur principal allié pour trouver la perle rare.

Voici les 5 outils qui ont été les plus cités. Ce ne sont pas les seuls, ondotomètres (pour compter les dents), lampe UV, scanner, feuilles d’exposition, cuvettes… Le matériel dont se sert le philatéliste peut s’avérer extrêmement utile. Il est possible de s’en fournir à de bons prix sur Delcampe !

Rédigé par Héloïse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser le langage HTML avec les tags et attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

3 commentaires

  1. nan tout faux la 1ère chose à avoir :
    Aimer les choses minitieuses demandant de la patience , alliant une part de recherche, méthodologie
    avec un côté trés rigoureux avec son corollaire : la possibilite d’approfondir ses connaissances , et un autre où s’exprime le côté artistique de chacun notamment quant à la présentation de chaque page de son album thématique ou autre .

  2. Contrairement au commentaire précédent, je suis presque en accord avec ce classement. La collection doit rester un jeux où l’on prend du plaisir, même si on est « bordélique » comme moi. Au 21e siècle, et avec la perte de savoir qui se prépare au vu du peu de jeunes philatélistes, je placerai les items dans un ordre différent. La doc papier en premier, c’est indéniable, l’ordinateur et internet en second car il n’y a plus de collection sans base de donnée, et le web, c’est la mine d’or en matière de recherche. le reste du matériel est accessoire puisque fonction du sujet de la collection (pays, monographie, thème, marcophilie, histoire postale,….), et la loupe est à remplacer par le microscope sur l’ordinateur… mon petit fils est fou !
    Mais le plus important est le partage de connaissance en se servant de tous les moyens possibles de communication avant que le savoir ne se perde.
    WM de CPL14.fr et auteur de Le Transsibérien, Courriers Europe-Asie 1903-1941; médaille de vermeil à Phila France Valencienne 2021. Découverte faite dans un vieux numéro des Feuilles Marcophiles de 1965, recherche faites sur le Net (BnF, et autres bibliothèques au monde…), et base de donnée et collection constituée à 95% grâce à Delcampe, la plus grande base de donnée exploitable à ce jour.

  3. Il faut savoir que la Philatélie Thématique nous fait rechercher étudier , et exposer nos recherches quel bonheur.